Le 24 novembre, des événements commémoratifs consacrés au 85e anniversaire de l'Holodomor ont eu lieu à Senlis. En ces jours de deuil, l'église Saints Borys Hlib et le centre Anne de Kyiv ont réuni la communauté ukrainienne en France pour commémorer les victimes de l'Holodomor.

46508423_2077973695598163_7186926088163950592_o.jpg

Le dépôt de couronnes a eu lieu à la plaque commémorative à Senlis. L’Eparch de Paris Borys Gudziak, l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire d’Ukraine en France, Oleh Shamshur, les représentants de l’ambassade et la chanteuse ukrainienne Ruslana Lyzhychko ont également assisté à cet événement.

Mgr Borys et les prêtres du diocèse ont tenu une liturgie dans l'église de Saints Borys et Hlib.

Dans son sermon, Mgr Borys s'est concentré sur la décision de suivre le Christ et de devenir ses disciples.

Ces jours-ci, lorsque nous célébrons le cinquième anniversaire du Maidan, lorsque la guerre se déroule en Ukraine, lorsque la rhétorique de la haine s’étend dans le monde, lorsque le désir de dominer conduit à des catastrophes, nous prions pour les victimes de l’Holodomor, au cours duquel des millions de personnes sont morts de faim. Il est plus facile pour nous de comprendre les appels à la radicalisation lorsque nous sommes confrontés à des défis. On lutte pour notre passé et pour notre avenir, pour notre dignité. Celui qui se tient sur le front doit être radical au sens évangélique de ce mot. Dieu a fait un acte radical, il est devenu l’un de nous et est mort pour nous sauver
— preached Bishop Gudziak.dit Mgr Borys Gudziak.


Il a également parlé d'Anne de Kyiv qui a construit des ponts avec le monde européen et la France au XIe siècle.

46624201_1770325296429569_7323114823900725248_n.jpg

Après le déjeuner, Talia Zajac, une chercheuse canadienne d'origine ukrainienne qui a étudié les liens matrimoniaux de Rus de Kyiv avec d'autres puissances européennes, a donné une conférence à la cathédrale de Paris. Elle a analysé le rôle et l'influence d'Anne de Kyiv en France sur la base de documents historiques. La conférence s'est déroulée avec le soutien de la Fondation de la culture ukrainienne.

Au cours de son discours, la chercheuse a également répondu à des questions sur la figure d’Anne de Kyiv et a démystifié certains des mythes qui lui sont associés. Elle a également confirmé certaines informations, telles que le fait qu'Anne de Kiev ait rendu populaire le nom de Philippe en France. Son fils Philippe I, roi de France, et son frère ont transmis ce nom à leurs descendants. C'est ainsi que cette mode s'est répandue dans tout le pays.

La journée s'est terminée par un concert du projet Polyphony, dont le but est d'étudier, de préserver et de transmettre la tradition de la chanson ukrainienne. Le programme comprenait des chansons polyphoniques folkloriques qui constituent un véritable trésor du patrimoine de chansons ukrainiennes que l'Ukraine peut partager avec le monde.

dsc_6472.jpg

Des artistes authentiques comme Domenika Chekun, un groupe familial de Svarytsevychy de la région de Rivne et l’ensemble folklorique Bozhychi de Kiev ainsi que les musiciens internationaux ont fasciné les spectateurs avec leurs chansons, qui dépeignaient le chagrin pour les victimes de l’Holodomor et a rempli les auditeurs d’énergie en même temps. Après tout, comme l’a souligné Mgr Borys: "Aujourd’hui, nous ne commémorons pas seulement les victimes, nous remercions également le don de la vie et nous nous tournons vers l’avenir."

Le spectacle impromptu de la chanteuse Ruslana Lyzhychko, qui a participé à une journée de commémoration avec la communauté de Senlis et les fidèles du diocèse parisien, a été une surprise inattendue pour le public.